Ordre de Sion / Prieuré de Sion / Mythe ou Réalité ?

Remis à la mode par le Da Vinci Code, de l’auteur américain Dan Brown, l’Ordre de Sion existe-t-il réellement ?

On devrait plutôt parler des Ordres de Sion, car, actuellement, prolifèrent pas moins de 11 Ordres de Sion, se jetant l’anathème les uns sur les autres, en prétendant tous à une légitimé sur le sujet.

Qu’en est il dans la réalité ? Tout d’abord, pour parler d’Ordre, on distingue les Ordres Monastiques, les Ordres de Chevalerie issus des croisades et les Ordres dits de distinction, comme la Légion d’Honneur française, par exemple. Utiliser le terme de Prieuré, rattache à la notion d’Ordre de Chevalerie ou d’Ordre Monastique.

Hors, l’Ordre de Sion ou Prieuré de Sion n’appartient à aucune de ces catégories. Il a existé, de façon très brève, une petite communauté monastique, le temps des croisades, sur le mont Sion, à Jérusalem, qui ne s’est jamais dénommée, par ailleurs, Ordre de Sion. En ce qui concerne l’histoire, la vraie, tant laïque que religieuse, jamais, il n’a été fait état de ce prétendu Ordre, en maints siècles.

La réalité ? Juste Pierre Plantard, qui ne s’est jamais appelé Sainclair, Sinclair ou Saint Clair. Juste Pierre Plantard, qui en 1956, dépose en sous-préfecture de Haute Savoie, les statuts d’une simple association de type loi 1901. Curieux personnage, féru d’ésotérisme, passé par les camelots du roi, dans les années 1930, par la collaboration durant les années sordides 1940. Collabo ordinaire qui comme beaucoup de personnes après guerre, s’est refait une virginité, par le biais d’obédiences maçonniques, le Grand Orient de France, en ce qui concerne Pierre Plantard. Qui de concert avec Gérard de Séde, journaliste et écrivain prolifique des années 1960, concocte une « histoire imaginaire ». S’appuyant sur des légendes, dont celle de Rennes le Château, quelques faits historiques, dont la trame serait celle du Sang Royal, issu de l’union de Marie Madeleine et de Jésus. Le tout pour rétablir le royaume de France, sur une autre légende, celle du Grand Monarque.

Et notre Pierre Plantard de s’affubler du nom de Saint Clair, après un voyage en Ecosse, sur une autre légende, là aussi, celle de la Franc Maçonnerie héritière de l’Ordre du Temple.

La réalité ? Jamais Pierre Plantard n’a été un Sinclair. Jamais, il n’a été de descendance mérovingienne. Et aucun des nautoniers successifs ne l’a été, pour la bonne et simple raison que l’Ordre de Sion n’est qu’une fiction.

Mais, qu’en est il des légendes en soi ?

Celle de l’union de Marie Madeleine et Jésus. Il y a une part de réalité si l’on s’appuie sur les évangiles dits apocryphes, une soixantaine, qui donnent une perception différente de la vie de Jésus, des quatre évangiles dits canoniques, issus du Concile de Nicée. Mais aussi des courants dits gnostiques, férocement combattus par ce qui deviendra la chrétienté catholique romaine, dés le 2eme siècle. Même si la plupart des manuscrits retrouvés sur le sujet, sont plus ou moins datés au carbone 14, vers le 4eme siècle. Mais, comment combattre dés le 2eme siècle des idées jugées hérétiques, notamment les écrits de Irénée de Lyon, si elles n’existaient pas ? Dans un dossier paru aux éditions 7-13, paru grâce à Annuaire Voyance Symphony, j’ai déjà examiné cette possibilité. Avec une réponse, oui, il est possible, que Marie Madeleine (Mariamné en araméen) ait été l’épouse de Jésus (Yeoushoua en araméen). Oui, il est possible, une descendance, et le fait que Marie Madeleine ait pu venir aux Saintes Maries de la mer, en terres de Provence, au 1er siècle. Accompagnée notamment de Sarah (vénérée par les gitans) et faisant référence aux vierges noires de Provence. Même si le culte semble assez tardif, au bas moyen âge. Il n’y aurait rien d’extraordinaire, donc, que la descendance de Sarah, ait pu être mélangée à celle de la dynastie mérovingienne, via les tribus wisigothes, dans le sud de France et la grande Aquitaine, vers le 4eme siècle. Vue la faiblesse de densité de population, en cette époque. Il est même une thèse doctorante disant que prés de 80 % des personnes issues de vieilles familles françaises, seraient en descendance de l’empereur Charlemagne.

Pour établir une vérité relative, seul un traçage ADN mitochondrial tiré des reliques de Sainte Marie Madeleine, à St Maximin, Var, permettrait, éventuellement de confirmer ou infirmer.

Légende Rennes le Château. Là aussi, nos escrocs ont savamment mélangé les choses, parlant du trésor d’Alaric 1er, issu du sac de Rome, du trésor des Templiers, de celui de Blanche de Castille, et du tombeau de Jésus et Marie Madeleine. Hors, dans un autre dossier, j’ai ramené les choses à la réalité. Juste l’Abbé Saunières, qui certes a découvert un trésor, celui des nobles du Razès fuyant la Révolution française et celui d’un trafic de fausses messes à grande échelle. Rien ne reliant Rennes le Château et l’Ordre de Sion.

Les Franc maçons ? Il a été fait le déni le plus complet à la Franc Maçonnerie, dans le monde entier, de s’attribuer l’héritage de l’Ordre du Temple. Si certes, elle est née en Ecosse, il y a plusieurs siècles de décalage entre les deux, et aucuns liens réels. Que Hugues de Payns, ait épousé en secondes noces une Saint Clair, de Normandie, est un fait historique. Tout comme des Saint-Clair, d’Ecosse, présents aux croisades, et  à l’Ordre du Temple, est aussi un fait historique. Sans que pour autant ceci, entraîne une quelconque preuve que ce soit la descendance de Notre Seigneur Christ et de l’Apôtre des Apôtres,….

La légitimité mérovingienne comme axe principal. Pierre Plantard est un royaliste, ne l’oublions pas. Appartenant à un courant ésotérique s’appuyant sur la théorie du Grand Monarque, dont parlent beaucoup de légendes, remises à la mode, par le catholicisme renaissant après la révolution de 1789, dans le 19eme siècle, rêvant de rétablir la royauté en France. Avec le catholicisme ultra en pointe du combat. D’où les prophéties du Marquis de la Franquerie, qui ont eu un grand succès en son époque, toutes les prophéties de mystiques chrétiens, et la prolifération des apparitions mariales, tant à Lourdes que La Salette, pour les plus connues.

Mélangeons toutes ces légendes, ces vrais faits historiques, des approximations, des mensonges, des imaginations débridées, et nous avons l’Ordre de Sion,…

Aujourd’hui, Gino Sandri, secrétaire de Pierre Plantard a repris le flambeau de cette curiosité intellectuelle imaginaire, avec l’appui de Marco Rigamonti, Grand Maître Rose Croix. Un italien, donc, qui se prendrait pour le successeur légitime au trône de France ? Avec un titre de Grand Maître Rosicrucien, qui est une pale copie des vrais Rose Croix de lignée historique.

On n’est plus à une étrangeté ésotérique prés, avec l’Ordre de Sion.

Reconnu par aucune église chrétienne catholique ou traditionnelle, aucune église orthodoxe, et aucune église gnostique.

Quand on se mêle d’ésotérisme, il faut faire attention, car les vrais professionnels, dont c’est la base culturelle, depuis plus de 6.000 ans, peuvent apporter contradiction de façon cohérente, et légitime.

Petite info / Quand on se mêle d’ésotérisme, dans les légendes, on fait attention aussi à l’héraldique qui vous apprend beaucoup, à l’histoire en elle même. Notamment que l’Ordre de Sion utilise un lion couché de couleur verte, comme emblème, pour justifier de la lignée davidesque de Jésus. Hors, le lion de Juda est de couleur dorée, dressé, sur fond de couleur bleu azur,…Et il en a toujours été ainsi. Le vert étant la couleur de la déesse Vénus, et les autres composantes Isis, Ishtar, Astarté,…

Copyright Denys Raffarin / Annuaire Voyance Symphony / Editions 7-13